Fantin-Latour (1836-1904), peintre du silence

 

Cette présentation est réalisée à l’occasion de la restauration des œuvres d’Henri Fantin-Latour conservées au Musée des Beaux-Arts de Tournai. Grâce au soutien des Amis du musée.

Exposition du 04.04.21 au 12.09.21

Réservation en ligne obligatoire : https://mba.tournai.be/reservation

Grand admirateur d’Eugène Delacroix, ami d’Édouard Manet, défenseur de Voltaire, Rimbaud ou de musiciens tels que Wagner ou Berlioz, Henri Fantin-Latour fut principalement reconnu pour ses portraits de groupe par lesquels il rendait hommage aux artistes avant-gardistes de son temps. Attiré par la modernité, Fantin-Latour conserva toutefois une sorte de classicisme dans une œuvre dont la grande virtuosité technique ne fut pas sans déplaire au collectionneur Henri Van Cutsem. Amateur éclairé, le mécène bruxellois acquit dès 1881 des peintures de première importance de cet artiste inclassable - ni impressionniste, ni réaliste, ni symboliste. Aujourd’hui conservées au musée de Tournai, elles constituent, en Belgique, l’un des ensembles le plus significatifs de l’artiste français.

Entre rêve et réalité, chacune reflète un monde en soi et invite le visiteur à intercepter l’atmosphère subtile d’un instant de suspension qui affleure. Avec sa manière personnelle “ d’arrêter ”le modèle sur un fond sobre laissant généralement entrevoir la trame de la toile, Fantin-Latour insufflait à tous ses portraits une part de mystère et rendit ses lettres de noblesse au genre de la nature morte dans des compositions florales d’une grande fraicheur poétique.

Grand mélomane, il réalisa une œuvre intensément silencieuse, “ aussi muette que les fleurs dont elle est peuplée ”, sans anecdote, ni narration, mais baignée de cette lumière si particulièrement assourdie.

Imprimer